Le brainspotting (NTCV) : psychothérapie intégrative

Last Updated on 31 December 2020 by Christian Zaczyk

Qu’est-ce que le brainspotting (NTCV) ?

Le brainspotting (NTCV*) est une psychothérapie intégrative très originale, dans le top 10 des psychothérapies. Elle utilise la direction du regard en déterminant un un endroit où le patient va regarder pendant la séance. Ce spot est une zone du champ visuel que le thérapeute trouve avec le patient. Le processus se déroule ensuite en pleine conscience dite focalisée.

Les deux notions importante que sont le principe d’incertitude et la double syntonie permettent une fluidité dans le déroulement d’une séance. Le principe d’incertitude repose sur le fait que ni le patient ni le thérapeute ne savent où le patient va démarrer la séance. Le processus peut l’emmener vers une direction inconnue. En ce sens, le traitement peut amener des surprises. Le patient et le thérapeute accueillent ce qui se passe dès le début de la séance avec un esprit ouvert et curieux.

La double syntonie est un lien thérapeutique particulier qui comporte un volet relationnel et neurobiologique. Il s’agit d’une double harmonisation entre le patient et le thérapeute.

Le brainspotting (NTCV*) : seul ou accompagné ?

Formation-praticiens-Livre-Brainspotting-France-Paris-christian-zaczyk

En psychothérapie brainspotting (NTCV), le principe d’incertitude et la double syntonie permettent une fluidité dans le déroulement d’une séance.

Le “principe d’incertitude” repose sur le fait que le patient et le thérapeute accueillent ce qui se passe dès le début de la séance avec un esprit ouvert et curieux. La “double syntonie” est au cours de la relation, il s’agit du harmonisation à la fois relationelle et neurobiologique.

Globalement, la psychothérapie brainspotting est une thérapie intégrative puissante qui nécessite rarement le recours à d’autres thérapies ou techniques. Le modèle “brainspotting Ressource” par exemple utilisé dans des cas complexes permet de contourner les obstacles. Depuis 5 ans, plus j’avance dans la pratique du brainspotting , moins j’ai besoin d’intervenir.

Cependant, il arrive que le patient ait besoin de se stabiliser parce qu’il traverse une zone de turbulences pendant la séance ou en dehors. Pendant la séance, la seule présence du thérapeute et le cadre de la “double syntonie” lui permet de réguler naturellement ses émotions. Si besoin, le thérapeute interviendra mais c’est rarement nécessaire. Quand le patient est déstabilisé entre les séances, il ne doit pas se retrouver seul et le thérapeute est accessible. Je donne à mes patients certaines techniques pour passer un cap difficile. C’est souvent suffisant jusqu’à la prochaine séance.

Dans certains cas, le brainspotting peut intégrer d’autres techniques dans la prise en charge.  En ce sens, le brainspotting est un modèle intégratif ouvert. Dans la technique que j’enseigne le NTCV (Neuro-traitement des traumas par le Champ Visuel), sont intégrés le brainspotting, les ressources du CRM (Comprehensive Resource Model), la psychothérapie sensorimotrice et bien d’autres approches novatrices.

TCC, TRE, EFT, TIPI

Formation-praticiens-Livre-Formation--TCC-TRE-EFT-TIPI-Brainspotting-France-Paris-christian-zaczyk

TCC (Psychothérapies cognitivo-comportementales)

Les psychothérapies cognitivo-comportementales sont une approche où le thérapeute est actif et directif. Elles ne sont pas incompatibles avec le brainspotting car elles peuvent aider le patient à passer une mauvaise phase.  Je donne parfois des tâches comportementales à mes patients quand je vois que cela peut les aider. Les patients peuvent aussi suivre un programme de MBCT ou MBSR.

Mais la plupart des patients n’ont pas besoin de suivre une double thérapie. Ils peuvent utiliser les outils de ces thérapies par eux-mêmes.

TRE (Tension Trauma releasing exercices)

Le TRE  est une technique qui permet de déclencher un tremblement naturel pour relâcher évacuer le stress, les tensions, les traumas. J’ai appris cette technique, il y a maintenant 4-5 années. Quoique spectaculaire, il est difficile de savoir ce qui fonctionnerait dans cette technique. Le tremblement peut être impressionnant, les conséquences en terme de traitement beaucoup moins. Le relationnel intervient sûrement mais est peu spécifique. Cette technique ne me semble pas incompatible avec le brainspotting. Tout ce qui peut apporter au patient est bienvenu.

EFT (Emotional Freedom Techniques)

Il y a une sorte de protocole qui fait beaucoup penser à la psychothérapie EMDR. Cette technique utilise des tapotements sur les méridiens d’acupuncture. Pour moi, c’est théoriquement assez ésotérique. Si cette technique fonctionne, c’est probablement plus par la pleine conscience induite par la double attention. Le fait que l’efficacité soit validée n’est pas une validation du concept.

TIPI

TIPI signifie : “acronyme de « Technique d’identification (sensorielle) des peurs inconscientes “.

Si on ne m’avait pas poser la question, je n’aurais pas évoqué cette pseudo “nouvelle” thérapie. C’est pour moi une vision assez naïve de la psychothérapie. Le fait de focaliser toute son attention sur la perception corporelle de l’émotion est connu depuis longtemps. C’est le cas de la thérapie Focusing, la méthode Hakomi, la Somatic Experiencing (SE), la psychothérapie sensorimotrice (ou Sensorimotor Psychotherapy en anglais).

Le concepteur de la méthode TIPI n’est ni psychiatre, ni psychologue, ni psychothérapeute. “Expert en pédagogie et en communication comportementale”, je ne sais pas à quoi ça correspond. Je ne suis pas élitiste car j’ai déjà dit que certains psychothérapeutes et psychologues sont bien meilleurs que certains médecins. Mais j’essaye toujours de voir quelle est la pratique d’une personne qui lui permet d’affirmer ce qu’elle dit.  Quand on a l’expérience des États de Stress Post-traumatiques, de la dissociation, des troubles anxieux sévères, il n’est pas possible d’avoir une approche aussi simpliste.

L’auteur écrit « c’est leur naissance et plus encore certains événements survenant pendant les neuf mois passés dans le ventre de leur mère que ces personnes se retrouver à visiter ». Le fait qu’une technique, en l’occurrence déjà connue, fonctionne ne valide pas cette hypothèse. Une étude réalisée par le concepteur est censée valider la technique (aucune validité scientifique). Le bon marketing, le fait que la formation ne soit pas réservée aux professionnels de santé expliquent probablement son succès actuel.

Cependant, comme la technique de “pleine conscience focalisée” sur une sensation corporelle est connue depuis longtemps, elle peut être une aide pour se calmer. Se mettre dans cet état d’esprit est bien sûr compatible avec le brainspotting. Les patients prennent d’ailleurs l’habitude de le faire naturellement. Si un patient me dit “j’utilise les techniques du TIPI”, cela ne me pose pas de problème. Au moins, il essaye quelque chose.

Conclusion :

Formation-praticiens-Livre-Formation--TCC-TRE-EFT-TIPI-Brainspotting-France-Paris-christian-zaczyk

Les techniques évoquées plus haut ne sont pas incompatibles avec le brainspotting qui est une thérapie intégrative. Le thérapeute brainspotting n’en aura pas besoin ou temporairement. Par exemple, le thérapeute peut consacrer quelques séances à aider la patient à restructurer ses pensées comme on le fait en TCC. Certaines techniques ou approches peuvent permettre au patient de faire quelque chose pour lui-même, d’essayer de se réguler émotionnellement plutôt que de subir. C’est finalement la mise en place d’un nouveau comportement. Chaque technique qui peut aider à prendre le chemin de la guérison est compatible avec le brainspotting (NTCV) .

*Neuro-traitement des traumas par le Champ Visuel

Leave a Comment

fifteen − 9 =