Méditation et réduction des risques cardiovasculaires

Selon un rapport scientifique de l’association américaine de cardiologie (American Heart Association), publié le 28 septembre 2017, les bénéfices de la méditation sur le coeur semble modeste.

Nous avons que l’activité physique régulière et l’exercice ont été associés à la réduction des risques cardiovasculaires.

Les pratiques telles que le tai-chi, le qigong et le yoga, bien qu’impliquant une introspection et une concentration sur la respiration, consistent à la fois en des pratiques mentales et physiques. Par conséquent, cette revue a été limitée aux pratiques de la méditation assise.

Des dizaines d’études ont rapporté les avantages pour la santé de la méditation. De nombreuses formes de méditation peuvent être tirées des publications, de l’internet et des médias audio. De nombreux cours de méditation sont disponibles. Par conséquent, il est admis que la méditation peut être un complément  à des thérapies médicales plus traditionnelles.

Dans ce rapport de l’association américaine de cardiologie, il est question de plusieurs types de méditation.

Dans le contexte traditionnel, la méditation se réfère à une famille de pratiques mentales conçues pour améliorer la concentration, accroître la prise de conscience du moment présent et familiariser une personne avec la nature de son esprit.

Dans un contexte plus général et contemporain, la méditation peut être catégorisée comme une attention principalement concentrée, une attention particulière, l’amour bienveillant ou la compassion, ou une répétition d’un mantra, bien qu’il existe généralement un chevauchement entre les approches.

Avec une attention ciblée (méditation « samatha »), le praticien peut se concentrer sur le souffle ou sur un objet, un son, une sensation, une visualisation, une pensée ou un mot ou une phrase répétés (« mantra »). Lorsque l’esprit erre, le méditant remarque que l’esprit erre et apprend à ramener l’esprit au moment présent ou à l’objet de la méditation. Dans la méditation pleine conscience, l’individu s’efforce d’être dans le moment présent et conscient des sensations internes, des pensées et des stimuli externes, sans être absorbé ou distrait par eux.

La méditation Insight (« vipassana ») peut être considérée comme une forme de méditation pleine conscience. Avec la bonté et la compassion, le méditant cultive un sentiment de bienveillance envers soi-même et envers les autres. Dans la méditation transcendantale, la pensée répétée d’un mot est utilisée pour se détendre et dégager l’esprit.

La technique de «réponse de relaxation» utilise de même la répétition silencieuse focalisée d’un mot, d’un son ou d’une phase.

Ces pratiques peuvent être utilisées pour:

(1) augmenter la concentration, la perspicacité ou la prise de conscience du moment présent

(2) promouvoir la détente

(3) réduire le stress

(4) régler l’esprit

(5) atteindre un état de conscience accrue

(6) réduire la souffrance perçue et augmenter le bonheur.

La méditation pourrait réduire le risque cardiovasculaire, bien que la qualité de la preuve soit modeste, selon une nouvelle déclaration scientifique de l’American Heart Association.

En conséquence, l’AHA dit que, compte tenu des faibles risques et coûts de la méditation, les patients peuvent considérer cela comme un complément aux stratégies de réduction des risques indiquées par les directives.

Voici quelques découvertes du groupe, publiées dans le Journal of the American Heart Association:

Pour la prévention primaire des maladies cardiovasculaires, deux études à court terme « rapportent des réductions de mortalité étonnantes » avec la méditation, mais les résultats nécessitent une confirmation dans des études plus larges.

Pour la prévention des évènements cardiovasculaires récurrents, les données « peuvent être caractérisées comme étant généralement de qualité modeste et suggèrent un bénéfice, mais ne sont pas définitivement établies ».

Des études fondées sur l’observation suggèrent des effets durables sur la physiologie et l’anatomie du cerveau.

De nombreuses études suggèrent un avantage sur les résultats psychologiques et psychosociaux.

L’effet sur la tension artérielle « varie considérablement » entre les études.

Les données de certains essais randomisés indiquent un avantage dans l’arrêt du tabagisme.

Commentaire :

Les futures études auraient intérêt à utiliser une seule technique reproductible avec chaque patient, ce qui pourrait conduire à déterminer la technique la plus simple et la plus efficace. Le premier obstacle chez les pratiquants étant l’absence de régularité.

Source :

Meditation and Cardiovascular Risk Reduction. A Scientific Statement From the American Heart Association. Glenn N. Levine, Richard A. Lange, C. Noel Bairey‐Merz, Richard J. Davidson, Kenneth Jamerson, Puja K. Mehta, Erin D. Michos, Keith Norris, Indranill Basu Ray, Karen L. Saban, Tina Shah, Richard Stein, Sidney C. Smith,

Journal of the American Heart Association. 2017. Originally published September 28, 2017

http://jaha.ahajournals.org/content/6/10/e002218

Laisser un commentaire

16 − 3 =