Le chocolat éloigne le cardiologue

Je profite du Salon du Chocolat qui se tient ces jours-ci à Paris pour rassurer les gourmands. J’ai vraiment une bonne nouvelle pour les amateurs de chocolat qui culpabilisent.

Le chocolat est bon pour la santé !

Outre le fait que le chocolat est riche en antioxydants et en flavanols. Les flavonols sont l’un de ces composés phytochimiques antioxydants qui peuvent nous protéger contre les dommages causés par le vieillissement et les toxines environnementales. Les flavonols sont un type de flavonoïde présent dans le chocolat et le cacao.

Que nous disent les études scientifiques ?

Les flavonols peuvent également aider à abaisser la tension artérielle et améliorer le flux sanguin vers le cerveau et le cœur. Ils peuvent réduire le taux de cholestérol et la plaque dans les artères.

Une étude publiée par le British Journal of Medecine par des auteurs qui ont effectué une méta-analyse et épluché 7 études concernant 115.000 adultes.

Les conclusions sont que, comparé à un apport faible de chocolat, un plus grand apport de chocolat a été associé à une diminution d’environ un tiers du risque pour toute maladie cardiovasculaire ou d’Accident vasculaire cérébral. Il n’y avait aucun avantage, cependant, à l’égard de l’insuffisance cardiaque.

Cette étude vient s’ajouter à celle qui met en évidence que la consommation modérée de chocolat est liée à moindre risque pour l’insuffisance cardiaque chez les femmes, et à une autre qui indique que le taux de consommation de chocolat a été en relation inverse avec la mortalité cardiaque liée à un infarctus du myocarde au cours de 8 ans de suivi.

Une étude publiée dans la revue Neurology en 2012 portant sur le suivi de 37,103 hommes suggère que la consommation de chocolat est inversement associée au risque d’accident vasculaire cérébral. En résumé, si vous mangez du chocolat, vous avez moins de risque.

Une autre étude réalisée cette fois-ci chez les femmes a obtenu des résultats cohérents avec ceux d’études antérieures qui ont montré une association entre une plus grande consommation de chocolat et de meilleurs résultats cardiovasculaires (par exemple, une pression artérielle plus basse [JW Womens Health Jul 19 2007]). Ici on a retrouvé que les femmes qui consommaient du chocolat étaient significativement moins susceptibles d’être hospitalisées ou de mourir d’une maladie vasculaire athéroscléreuse que les femmes qui consommaient rarement du chocolat (ratio de risque de 0,76). Elles étaient également significativement moins susceptibles de développer une cardiopathie ischémique (HR, 0,65), une insuffisance cardiaque (HR, 0,41) et des plaques d’athérosclérose de l’artère carotide.

Tous les chocolats ne se valent pas

Rappelons que les effets du chocolat sur la santé doivent tenir compte d’autres aspects alimentaires ou habitudes de vie de la personne. D’autre part, tous les chocolats ne se valent pas. Le chocolat que la plupart d’entre nous mangeons a malheureusement été traité de manière à détruire les flavonols. Il suffit de goûter du chocolat à 95 % de cacao pour se rendre compte que le cacao est amer. Les fabricants de chocolat utilisent des processus, des ajouts de sucre et d’additifs pour adoucir le goût, ce qui peut détruire les falvonols ou réduire notre possibilité de les utiliser.

On peut raisonnablement recommander une consommation journalière modérée de chocolat noir (4 carrés), car l’étude du British Journal souligne les risques d’augmentation des triglycérides due aux sucres contenus dans le chocolat. On choisira le chocolat noir riche en cacao avec minimum 70 %. Le chocolat avec un taux de cacao supérieur à 90 % ne convient pas à tout le monde. Le chocolat riche en cacao contient les anti-oxydants les plus puissants et le moins de sucre.

Alors à vos tablettes!

Sources :

Ariana Buitrago-Lopez, Jean Sanderson et Al. Chocolate consumption and cardiometabolic disorders: systematic review and meta-analysis, BMJ 2011 Aug

Chocolate Intake and Incidence of Heart Failure: A Population-Based, Prospective study of Middle-Aged and Elderly Women, Circ Heart Fail published online Aug 16, 2010

Janszky I et al. Chocolate consumption and mortality following a first acute myocardial infarction: The Stockholm Heart Epidemiology Program. J Intern Med 2009 Sep; 266:248.

Susanna C. Larsson, Jarmo Virtamo and Alicja Wolk. Chocolate consumption and risk of stroke : A prospective cohort of men and meta-analysis , Neurology; August 29, 2012;

Lewis JR et al. Habitual chocolate intake and vascular disease: A prospective study of clinical outcomes in older women. Arch Intern Med 2010 Nov 8; 170:1857. 

 

Laisser un commentaire

3 + 8 =